logo policePolice cantonale bernoise
  • de
  • fr

Envoi d’images érotiques en ligne (sexting)

Lors du sexting, des adolescentes et adolescents ainsi que des adultes transmettent via Internet des photos ou des vidéos intimes produites par eux-mêmes. L’objectif est p. ex. une preuve d’amour, un flirt ou la mise en scène de sa propre personne. Cependant, le sexting est également source de dangers. Vous trouverez des informations sur le procédé et des astuces pour protéger vos enfants.

Lorsqu’une image ou une vidéo est publiée sur Internet, elle peut rapidement et facilement être diffusée. Des images sont ainsi publiées dans les réseaux sociaux ou transmises à des tiers sans l’autorisation des personnes qui y figurent; par exemple à des élèves ou à des collègues de travail.

Conséquences possibles

Les images et vidéos créées pour une personne particulière peuvent être utilisées frauduleusement.

Informations sur le cybermobbing.

Informations sur l’escroquerie à la romance.

Il peut arriver que des adultes inconnus utilisent des pseudonymes pour contacter des mineurs dans des forums de discussions et échanger des photos de nus («grooming»). Dans d’autres cas, des personnes sont mises sous pression, voire extorquées avec des photos de nus qu’elles ont prises elles-mêmes («sextortion»).

Informations sur le grooming.

Information sur la sextortion.

Si des photos intimes circulent sur Internet ou des téléphones mobiles, il est impossible de les retirer, voire de les supprimer d’Internet.
Les victimes souffrent souvent de problèmes psychiques et se replient sur elles-mêmes.

Punissabilité

Le sexting en soi n’est pas un acte punissable, mais peut avoir des conséquences légales selon la situation:

Quiconque transmet à d’autres personnes du matériel pornographique contenant des actes d’ordre sexuels avec des mineurs se rend punissable.

Les enfants et les adolescents âgés de moins de 16 ans, qui s’enregistrent eux-mêmes lors d’un acte intime et qui transmettent ensuite ces enregistrements, se rendent également punissables pour production et diffusion de matériel pornographique.

La diffusion d’enregistrements pornographiques légaux de personnes, sans l’accord de ces dernières, enfreint aux droits de la personnalité et peut être poursuivie au civil.

Une personne mise sous pression pour partager du matériel érotique la concernant devrait porter plainte. La menace de publier par exemple des photos intimes ou le fait d’extorquer quelqu’un avec ce matériel est également punissable.

Ce que vous pouvez faire

Enfants et adolescents

Parlez à vos enfants des dangers d’Internet. Dans cette perspective, les conseils suivants peuvent vous aider:

  • Votre enfant devrait être prudent avec les données, images et vidéos privées sur Internet. Il ou elle ne devrait pas non plus envoyer d’images nues, dénudées ou à caractère sexuel à ses copains ou copines. Ces images et vidéos peuvent être utilisées frauduleusement et entraîner des conséquences pénales. 
  • Si une conversation devient désagréable pour votre enfant, il ou elle doit y mettre fin immédiatement.
  • Si votre enfant se sent mal à l’aise, il ou elle devrait s’adresser à une personne de confiance telle que ses parents, des proches, des amis, une personne du corps enseignant ou du conseil aux victimes.

    Un soutien supplémentaire est proposé aux enfants ici:
  • Centre LAVI Berne

Votre enfant ne devrait pas se laisser extorquer et annoncer les incidents graves à la police. Nous sommes là pour votre enfant!

Parents et personnes de référence

  • Accompagnez votre enfant lorsqu’il surfe ou discute en ligne. Offrez-lui votre aide.
  • Si le comportement de votre enfant change, prenez cela au sérieux.
  • Offrez votre soutien et faites preuve de compréhension même si un contact critique a déjà eu lieu.
  • Contactez l’exploitant du site ou du réseau social concerné. Demandez la suppression des photos et des vidéos de votre enfant, qui ont été publiées sans son accord. Il y a des moteurs de recherche capables de supprimer des contenus sous certaines conditions («droit à l’oubli»). Faites une demande correspondante.
  • Vous pouvez également procéder judiciairement contre les auteurs.
Partager